La station d'épuration

La station dépuration a pour rôle de nettoyer les eaux usées (domestiques, pluviales) collectées dans le réseau des égouts afin de rendre une eau propre et de qualité au milieu naturel, le gave.   


La station d’épuration de Lescar a été créée en 1982 puis agrandie en 2004, pour accueillir les eaux usées de 8 communes de l’agglomération paloise : Billère, Bizanos, Gelos, Jurançon, Lescar, Lons, Mazères-Lezons et Pau. Il faut rajouter à ces communes celles d’Aressy, Narcastet, Rontignon, et Uzos (soit au total 140 000 habitants).

Depuis juillet 2006, la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées est propriétaire de la station d'épuration de Lescar. L’exploitation du site est déléguée à la société Véolia.


Fonctionnement


Les effluents arrivent sur le site, y subissent un pré-traitement physique puis un traitement biologique avant d'être rejetés au gave.
Le pré-traitement permet de piéger la fraction solide des effluents ainsi que les graisses.
Le traitement biologique fait appel à des bactéries qui digérent la pollution et produisent des boues d'épuration (la pollution de l'eau est concentrée dans ces boues).
Après décantation, l'eau claire est rejetée au milieu naturel.
Le rendement de dé-pollution varie entre 75 % et 95 % selon les polluants. 


Plus de détails...


1 – Arrivage des eaux usées


Les eaux usées et une partie des eaux de pluie des communes arrivent sur la station d’épuration par deux gros collecteurs. Un by-pass (contournement/déviation) permet de niveler les débits supérieurs à 3 700 m3/h avec comptage et prélèvement (analyses avant rejet).



2 – Pré-traitement


Le pré-traitement se compose des étapes suivantes :
  • Dégrillage grossier : il consiste à faire passer les eaux usées au travers de grilles dont les barreaux, plus ou moins espacés (une grille de 100 mm et une de 50 mm), retiennent les éléments les plus grossiers. 
Les déchets ainsi récupérés sont stockés puis évacués vers l'usine d'incinération.
  • Relevage : 4 vis d’Archimède permettent de remonter l’eau (au total relevage de 6 180 m3/H). Ce relevage permettra ensuite à l’eau de s’écouler gravitairement dans les différents bassins de la station.
  • Dégrillage fin : ici les petits déchets (6mm) restants seront récupérés et acheminés vers l'usine d'incinération.
  • Dessablage et déshuilage/dégraissage. On récupère dans ces bassins les graisses et les sables. L’injection de micro-bulles d’air permet la flottation des graisses qui vont être raclées et récupérées en surface du bassin. Elles seront ensuite traitées sur place dans une unité spécifique (traitement biologique).
Contrairement aux graisses, les sables vont décanter en fond de bassin. Ils seront ensuite pompés pour être enfouis en centre d'enfouissement technique.

L'ensemble des ouvrages de pré-traitement est confiné dans un bâtiment pour réduire les problèmes d'odeur.
   
3 – Le bassin d’orage ou bassin tampon


Il permet de récupérer le surplus hydraulique dû aux fortes pluies. Le bassin de 1260 m3 permet un stockage de 2 heures. Cette eau sera ensuite traitée avec les eaux usées.



4 – Traitement biologique


Deux bassins d’aération (20 600 m3/bassin - 7 m de profondeur) : ici des bactéries vont dégrader la pollution et vont former des boues. 
Chaque bassin est composé :
  • d’une zone de contact (volume : 750 m3) : pour réduire les risques d'apparition de bactéries filamenteuses qui perturberaient le bon fonctionnement du bassin ;

  • d’une zone anaérobie – sans air ni oxygène - (volume : 6 200 m3) : élimination biologique du phosphore ;

  • d’une zone d’aérobie (volume : 13 650 m3) : abattement de la pollution carbonée ou azotée.



Les zones aérées assurant la dégradation de la pollution organique carbonées et azotées, sont équipées d’agitateurs et d’un réseau de diffuseurs à membranes alimentés en air par des soufflantes. 


5 – Dégazeur/Répartiteur


Cet équipement permet d'éliminer les gaz et de répartir l’eau dans les quatre clarificateurs en fonction des capacités hydrauliques de chacun.




6 – Clarification/Décantation


Dans cet ouvrage, les eaux sont séparées des boues. Les boues vont décanter, puis, en fonction de la concentration des bassins d'aération, vont être soit re-injectées dans les bassins d'aération soit séchées puis incinérées. L’eau claire sera rejetée après analyse dans le gave.
Retour